Maurice Ouellette
(1913-2010)


Photo maurice


Le 3 mars 2010, est décédé au Pavillon St-Vallier de l'Hôpital de Chicoutimi,
à l'âge de 96 ans et 2 mois, M. Maurice Ouellette,
époux de feu Mme Thérèse Desbiens, demeurant à Chicoutimi.
Il était le fils de feu Mme Hénédine Dubois
et de feu M. Joseph-Adélard Ouellette.

Lignée

 7 - HÉNÉDINE DUBOIS
        Hénédine Dubois
 6 - HERCULE
        Hercule Dubois
 5 -
PIERRE-CHARLES-LOUIS
        Pierre-Charles-Louis Dubois
 4 - MARIE-VICTOIRE HÉON
 3 - CHARLES
 2 - CHARLES
 1 - ROBERT

Funérailles

Les funérailles ont eu lieu le samedi 13 mars 2010 à 11 h à la Cathédrale de Chicoutimi..

Inhumation

Il à été incinéré au crématorium de l'Alliance funéraire du Royaume et les cendres ont été inhumées au cimetière St-François-Xavier.


mariage Maurice

Delphine et Maurice








Jeune, Maurice était malingre, assez grand et plutôt maigre, grêleux comme on disait.  Il a souffert d’eczéma prononcé jusqu’à l’âge de trois ans et d’asthme et/ou allergie jusqu’à  l’âge de vingt ans.  Il manquait deux à trois mois d’école par année à cause de l’asthme ou des grippes répétées.  Cela a cessé vers l’âge de treize ou quatorze ans.

Il est sorti du Cours commercial en 1930, avec un Diplôme de huitième année… ça n’allait pas plus loin.  Et comme aîné de la famille, il ne pouvait pas aller plus loin non plus.  Les moyens financiers de la famille ne permettaient pas d’envisager des études au Séminaire.  C’est à l’Académie Commerciale qu’il a fait ses études et le niveau était excellent: on peut le dire.

Avec l’aide de son père, il a réussi, petit à petit, à se bâtir une carrière dans le domaine des affaires municipales et scolaires, après quelques stages dans des bureaux d’avocat.

Il a eu la chance de tomber sur d’excellents professeurs, notamment l’avocat Roland Fradette, Cela l’a conduit aux affaires municipales du gouvernement du Québec, section de la Commission municipale de Québec avec monsieur Paul Lambert, le père des avocats Lambert qui ont exercé leur profession à Chicoutimi.  Il fallait savoir manipuler les chiffres et monsieur Lambert l’y a initié avec soin.

Ses parents l’ont toujours bien encouragé et bien suivi.  Et par force des choses, il a pris sa part, une part assez large des problèmes financiers de la famille et il a contribué à apporter certaines solutions.  C’est ainsi qu’il avait incité son père à solliciter le poste de secrétaire-trésorier de la municipalité du village de Rivière-du-Moulin, sachant bien qu’en cas de réussite, il aurait le plus gros du travail à faire, en surtemps bien entendu.

Le secrétariat finit par s’établir dans leur maison.  Un peu plus tard, il devenait secrétaire-trésorier de la Commission scolaire de Rivière-du-Moulin.

Maurice vécu avec ses parents jusqu’à l’âge de 47 ans.  Les circonstances en ont voulu ainsi. Avec sa vie dans les affaires et surtout les activités dans divers groupes sociaux, on peut dire que sa vie de célibataire prolongée ne l’a jamais troublé.

On devine que, pendant une très longue période, et pour toutes sortes de raisons, il a participé activement à l’élevage de la famille et ses parents ne se sont jamais plaints de la situation.

Mais on devine aussi que la nouvelle de son prochain mariage avait de quoi déranger mais ses père et mère ont accepté le changement sans problème, d’autant plus que son épouse était aussi sa cousine.

Il pris un logement dans une maison avoisinant la maison paternelle et finalement, tout le monde en profitait.

À suivre